Artisanat et antiquités d'Asie
Tel: 01-85-54-01-34 Pièces visibles sur Paris sur rendez-vous.
Panier

A propos du Cuivre oriental

De couleur orangée, brune ou rougeâtre, le cuivre pur est de couleur rose saumon, c’est un métal non magnétique et très résistant à la corrosion. Le cuivre est l’autre composant majeur du laiton avec le zinc (cuivre jaune), ainsi que celui de l’alliage de bronze (cuivre, étain, aluminium, plomb, manganèse, tungstène). 


cuivre oriental


Le cuivre natif est le tout premier métal avec l'or travaillé par l'homme, le cuivre était martelé, fondu et moulé vers 1000°C pour la production d'objets courants et d'outils de chasse, d'agriculture et l'élevage (or pour des objets de parure). Avec une couleur naturelle si fascinante, il est possible que ce métal ait coexisté avec la pierre depuis la Préhistoire. Le cuivre pur est l'un des métaux les plus connus, à l'origine des alliages de Bronze et de Laiton ; les hommes ont appliqué des techniques à ce métal pour améliorer son aspect et ses propriétés (tombac, incrustation de matières, dorure, ajout d'émaux).

Antiquités du cuivre

Les techniques du travail du cuivre vont de l’Antiquité, la préhistoire, protohistoire, le Monde moderne, Révolution industrielle. Neuf millénaires avant J. -C, l’homme découvre pour la première fois le Cuivre (pépites ramassées à la surface du sol) : ce métal à la couleur particulière le fascine dès cette première rencontre ! Le cuivre était déjà utilisé par la parure, en tant que métal très brillant, dense et lourd avec une belle résonance. Ce sont là des propriétés que les premiers hommes ont recherchées avec le cuivre et l’or qui sont 2 métaux qui existent à l’état natif dans la Nature. Le cuivre et l’or servaient à réaliser des bracelets, colliers, des coupelles en cuivre par martelage. Vers -4000 av. J. -;C., le cuivre est associé à l’étain : c’est l’âge du bronze avec la maîtrise de la montée en température du four à +1000°C. A cette époque, le cuivre sert à fabriquer des outils.
Vers -2700 av J. -C, des objets en cuivre (haches, épingles, ustensiles de cuisine, chandeliers) ont été inventés par l’homme en Égypte et en Inde : outils militaires, roues de char, épées, flèches ; outils civils (pour la taille de la pierre, transport de l’eau et ustensiles de cuisine).

Datant du Xe millénaire av. J.-C., une pépite de cuivre polie transformée en perle ornementale est la toute première pièce en cuivre connue de l’histoire (site de Tell Qaramel ), au IXe millénaire av. J.-C. ont été fabriqué des objets en cuivre proche de l'ancienne Mésopotamie, des artefacts en cuivre en -6 000 av. J.-C en Anatolie. Le cuivre était bien présent dans la civilisation de la vallée de l’Indus au cours du IIIe millénaire avant notre ère, au Moyen-Orient, des objets en cuivre comme les pendentifs en cuivre ont été retrouvés datant de - 8 700 av. J.-C.

A l'époque hellénique, le cuivre s'appelait aes Cyprium (aes terme latin des alliages de cuivre, Cyprium en latin Chypre). Ce métal rougeâtre était alors consacré à la déesse Aphrodite, du fait de son usage pour la réalisation de miroirs, de son éclat brillant et de son association à l'île de Chypre. Dans la mythologie des 7 corps célestes, le cuivre représente l’un des sept métaux et est associé à Vénus (métal symbole de féminité, de jeunesse et de l'amour).

L’alliage du cuivre et de l’étain a permis d’élargir les propriétés du cuivre, notamment dans le domaine des teintes (rouge passant au jaune or, vert, blanc.
Les principaux gisements se trouvent en Amérique du Sud (Pérou, Chili) et du Nord, Océanie, Europe de l’Est et Russie.

Cuivre et art islamique 


cuivre oriental


Il existe un art islamique spécifique au Moyen-Orient une infinitude d'objets en cuivre. Ce sont des objets de production artisanale dont la conception remonte à quelques siècles de notre ère avec un style de notre époque. Ce style qui se veut oriental, par ses traits, ses couleurs naturelles (cuivre et alliages de cuivre), les techniques de mise en forme et de la décoration. L'art islamique du cuivre tient compte de plusieurs codes, d'abord la calligraphie toujours très présente pour aborder des sourates du Coran, des décors végétaux, des illustrations figuratives et non figuratives. Dans cet art islamique du cuivre, on trouve des chaudrons étamés et ciselures de calligraphie, ce sont des œuvres qui reflètent la grande imagination des artisans des temps passés et les techniques de sculpture et de gravure propres à l'Orient. Le sommet des arts de l'Islam coïncide avec les objets en verre blanc soufflé décoré d'émaux et de feuilles de métal (or, cuivre, argent). Le cuivre associé à d'autres métaux a participé à l'essor des civilisations, le bronze notamment qui a donné naissance à plusieurs objets historiques.

Une grande invention au IXe siècle marque un tournant décisif dans l'art islamique : les potiers mettent au point le lustre métallique d'argent et de cuivre. La pièce est cuite dans un four spécifique, est d'abord polychrome (les sujets sont non figuratifs), puis monochrome au Xe siècle (figure de personnages d'animaux). D'autres traits stylistiques que l’on retrouve sur plusieurs objets abordent des thèmes comme la Cène ou les Noces de Cana, la présentation au Temple et des frises de saints. Sur de nombreux plateau en cuivre d’Orient figurent les médaillons des 12 signes du Zodiaque.


cuivre oriental


La conquête musulmane et l'avènement de la calligraphie s'apprécient au cours des siècles à travers la diversité des œuvre et de leur décor de l'art en Orient. L'arabe langue du Coran s'impose dans l'art islamique, il n'est pas rare alors de trouver des calligraphies très soignées sur des objets anciens (vases, bols, tympan avec un bandeau calligraphique de sourate, des décors géométriques, épigraphiques, lampes... À côté de la calligraphie, l'art islamique représente un décor végétal comme les enroulements de vignes ou des rameaux, des branches de chêne, des personnages et des animaux dans le travail du cuivre.

L’autre technique de travail de mise en forme du cuivre ou du métal était le moulage, avec l'application de la Fonte au sable pour des pièces plates de l'art islamique comme les miroirs, ou la technique du Moulage à la cire et argile. Enfin, le travail du cuivre ou de l’or se fait avec la technique de Fonte à la cire perdue. Par ailleurs, la décoration sur le cuivre dans l’art islamique peut se faire avec d’autres matériaux (tombac, dorure, nielle, incrustation), mais aussi par gravure, par ajourage, et l’estampage.

Cuivre, or, argent, étain, zinc, plomb et fer sont largement utilisés dans la confection d’objets islamiques. Dans cet art islamique, le cuivre métal pur est utilisé aussi comme alliage pour le bronze, le laiton, de bidri indien. Le travail du métal à cette époque se faisait par martelage d’une feuille de métal, placée sur des enclumes de diverses formes et tailles. L’artisan utilise aussi des marteaux de grande et de petite dimension afin de travailler sur son oeuvre qui est successivement chauffée pour éviter la rupture du métal.

Cuivre oriental : les objets pratiques en cuisine et art de la table

Le cuivre natif est martelé et fondu dans un moule à +1 000 °C, il sert alors à la confection d'objets comme des armes ou des objets plus courants. Le cuivre a participé à aider l’homme depuis les grands progrès de la civilisation. Ce métal est élégant et beau, sa texture et sa couleur entremêlent tradition et modernité. De plus, l’infini variété d’alliage de cuivre a permis à ce métal ancien de s’adapter au cours de l’histoire des hommes.

Le cuivre s'impose dans la tradition de l’objet oriental usuel et décoratif : assiette en cuivre et métal ciselé avec incrustation de pierres, théière ou aiguière en cuivre à décor floral, plateau en cuivre martelé avec décor floral, cruches en cuivre et ensemble de coupelles en cuivre finition dorure avec émaux...
Le cuivre est un métal ancestral aux multiples facettes, cuprum est un mot latin qui désigne l'île de Chypre d'où est exportée par les Romains ce métal. Cinq millénaires avant notre ère, l'homme utilisa cuivre construire des bijoux, des armes, de la vaisselle et même de l'argenterie. On trouve également le cuivre dans des éléments de décoration comme les statues de l'âge du cuivre.

L'âge du cuivre correspondant à une époque entre la découverte bronze et la Préhistoire, l'artisanat du cuivre initié aux abords de la mer Égée et en Égypte s'étendra dans le Proche-Orient ancien.
La forme la plus naturelle du cuivre natif apparaît dans des espèces minières (schiste, basalte, grès) sous forme de fils ou de cristaux. Le cuivre gris est une association de cuivres natifs avec de l'arsenic ou de l'antimoine. Les sulfates de cuivre se trouvent dans des minéraux comme la bornite, chalcocite, chalcopyrite, covelline, instauration notamment à ce qu'on compare carrollite, germanite, stannite.
Le cuivre a plusieurs propriétés, notamment pour des objets quotidiens, :



Excellent conducteur de chaleur et permet de garder au chaud les aliments
possède des qualités antibactériennes naturelle (100% de microorganismes éliminées, étude hôpital universitaire Selly Oak de Birmingham) propriété antifouling accumulation d’organismes sur des surfaces humides métal très malléable pour réaliser des formes complexes
c’est l’un des rares métaux recyclable en gardant les mêmes propriétés physiques et chimiques que le cuivre primaire métal résistant à la corrosion et acquérant une belle patine verte avec des reliefs (en extérieur comme la Statue de la Liberté NY) ne craint pas l’eau ni le produits et autres liquides nettoyants.