Artisanat et antiquités d'Asie
Tel: 01-85-54-01-34 Pièces visibles sur Paris sur rendez-vous.
Panier

Tout savoir sur le bracelet tibetain shamballa

Qu’est ce que le Shambhalla lieu du bonheur paisible ?

« Shamballa Jewels » aux pierres précieuses et gemmes fines, c’est la marque très réputée de bijoux danois qui s’est inspirée de l’univers de ces bracelets himalayens à la fois mystiques et extraordinaires. Véritable phénomène de mode, le bracelet tibétain shamballa revisité est l'un des objets les plus convoité de ces 5 dernières années pour ceux et celles qui aiment suivre la tendance (les stars)… Cependant outre ce cachet d’accessoire de luxe, un bracelet Shamballa traditionnel (des perles en bois en guise de bijoux) a une forte signification spirituelle, et d'après la tradition il possède des vertus thérapeutiques : bien-être psychologique, sérénité et quiétude ! En effet, le contact du bracelet avec la peau produirait un sentiment d’apaisement général, il aiderait à évacuer stress et frustration en remplaçant ces sentiments par une onde de bien-être et de paix intérieure. C’est pour cette raison que les moines bouddhistes de l’Himalaya portent ces bracelets tibétains lors des prières Mantras et de la méditation. On raconte que ces moines ont imaginé un bracelet Shamballah avec des billes en bois reliées entre elles par des nœuds très particuliers.

Aujourd’hui, le bracelet tibétain shamballa existe en plusieurs matières avec une importante diversité de couleurs, il devient un accessoire de mode incontournable pour les non initiés aux rites de méditation et de bien-être, car ce bracelet exprime l’Amour, la compassion et la plénitude…

Bracelet shamballa

Pays du bonheur paisible : Shambala 

A l’origine du nom de ce bracelet tibétain shamballa se trouve un lieu inaccessible physiquement mais par la pensée : Shamballa ou siège des énergies de :

  • Purification (pouvoir inné de l'univers qui implique l'élimination des obstacles de la nature de la divinité à se manifester pleinement, tendances sur le plan physique, l’idéalisme égoïste, Karma dirigées vers le bas et non vers le haut la lumière
  • Destruction. (faire disparaître les formes emprisonnant la vie spirituelle intérieure et souillant l'âme en promouvant la nature purificatrice de la vie divine)
  • Organisation (7 Rayons reliant par l’énergie mentale la volonté humaine au dessein divin par l’énergie suprême de l’Amour-sagesse). 

Pour résumer, le Shamballah est un royaume spirituel gouverné par les 3 Bouddhas d'activité qui constituent ensemble le triangle central d’énergies (vie consciente et intelligente ; sagesse consciente, intelligente et active ; création consciente, intelligente et active).

Shamballa et mythes Klachakkra

Mythologie bön, islam, hindouiste ou bouddhiste partagent ce concept de « lieu du bonheur paisible « traduit de la langue sanscrite par Shamhala, (Shamballa, Shambhalla).
Ainsi dans le bouddhisme tibétain, Shambhala renvoie à un royaume habité par des êtres éveillés par l’enseignement du kalachakra préservé par les rois ; ce royaume Shambhala est le plus souvent représenté sur les thangkas tibétains et présente :

  • Royaume de forme circulaire encerclé par des montagnes,
  • Kalapa sa capitale au centre
  • lacs du Petit Manasa et du Lotus blanc à l’est et ouest du parc du Bois de santal
  • le parc du Bois de santal au sud de Kalapa (le mandala de Kalachakra tridimensionnel construit en pierres précieuses du roi Suchandra se trouve au cœur du parc). 

Selon le mythe bouddhiste sur le Shamballa, le roi Suchandra transmis à Bouddha le kalachakra afin qu’il puisse parvenir à l’illumination sans délaisser ses fonctions royales. Bouddha délivra alors le premier Tantra Kalachakra (sous la forme de la déité Kalachakra), donnant par la même occasion le célèbre sermon du mont des Vautours : tous les habitants de shambhalla avaient alors atteint l’Eveil. Selon la mythologie du bouddhisme tibétain, le royaume de Shamballa peut s’interpréter sur 3 niveaux, premièrement shambhalla est une contrée spirituelle accessible à ceux qui ont acquis le karma nécessaire. C’est le concept dit externe du shambahala bouddhiste. Le concept interne vise à assimiler le royaume du bonheur paisible comme faisant partie même de l’esprit et dans le corps des pratiquants. Enfin le 3ème interprétation du shambhala place ce royaume dans un mandala et guide la méditation. Selon les légendes, shamballa ou Shambhala est un pays de la mythologie bouddhiste considéré comme un endroit pur dans lequel Bouddha avait lui-même reçu l’enseignement du Klachakra. Cet enseignement avait été transmis à Bouddha et bien des siècles plus tard par un moine tibétain du nom de Chogyam Trungpa Rinpoché.

Bracelet shamballa

Le bracelet tibétain shamballa de l’hindouisme et de l’islam

Premier enfant du dieu primordial Brahma dans l’hindouisme, seigneur de la flamme Sanat Kumara est associé au Shambhala. Al-Khidr (« le verdoyant », vert couleur de l'Islam et symbole d’immortalité) qui a atteint la source de la vie et bu l'eau de l'immortalité correspond au dieu Sanat Kumara et s’étant retiré au centre de la mer Blanche. Dans cette tradition de l’Islam, il est un des 124 000 prophètes qui peut représenter même Bouddha (selon Hamza Youssouf).

Outre ces mythologies rattachées au spiritualisme d’Orient, nombreux sont les historiens qui se posèrent la question sur l’existence d’un royaume réel du nom de Shambhala. En 1627, Estevao Cacella, missionnaire catholique portugais, arriva au monastère de Tashilhunpo siège du panchen-lama (Shigatsé) ayant suivi les indications de ses informateurs. D’autre part, le royaume de Shamballa se situerait dans une vallée de Sibérie du sud selon les Mongols, tandis que l’on imaginait ce royaume mystérieux caché sous le désert de Gobi sous l’impulsion des mouvements religieux entre le XIXe siècle et le début du XXe siècle en Occident. Quoi qu’il en soit, le mystère sur Shamballa le présentant tel un pays fabuleux reste intact (depuis l’époque de Sandor Korosi Csoma en 1833).

A propos de l'histoire bracelet tibétain Shamballa

L’histoire du bracelet tibétain Shamballa est intimement rattaché aux mythes ainsi qu’aux us et coutumes des peuples de l’Himalaya.

Décliné en de multiples couleurs et se présentant le plus souvent sous forme dune boucle tissée, le bracelet tibétain Shamballa se retrouve en tant que bijou aussi bien sur les poignées des femmes et des hommes. Bijou shamballa qui se pare de pierres semi-précieuses de type ethnique relativement travaillées, mais aussi de bois, d’os véritables d’animaux, de perles et de corne. Autant de matières naturelles composant le bracelet shamballa avec sobriété parfois mais toujours avec élégance et curiosité.

Porter un bracelet Shamballa signifie se rapprocher de l’essentiel, de la source du monde et de l’énergie vitale par jonction du corps et de l’esprit. Bijou sacré et ésotérique, le bracelet du bonheur paisible est fabriqué selon des procédés traditionnels de l’artisanat des pays de l’Himalaya (Tibet, Népal, Inde). Par ailleurs, le bracelet Shamballa incarne cette idée de terre pure, de paradis spirituel où règne une harmonie parfaite entre l'infiniment plus petit et plus grand.

Bracelet shamballa

Symbole spirituel bracelet shamballa  

Dans une interprétation portée vers la pensée mystique, le bracelet shamballa renvoie à cette conscience spirituelle et à l’énergie de Création. On raconte que ce bracelet serait originaire des pays du bouddhisme himalayen (Tibet) confectionnés par les lamas tibétains dans cette quête du pays du bonheur paisible (traduction du sanscrit).

Bijou rituel, le bracelet en perles shamballa s’utilise comme objet de méditation ou de support pour la récitation de Mantras lors des séances de prière, tout comme le chapelet bouddhiste mala.
Le bijou bracelet shambhalla et ses principaux éléments avec leur symbole.

Avec plusieurs techniques antiques associées de nœud et de tressage, le bracelet tibétain du bonheur paisible adopte le nœud plat macramé utiisé aussi en bijouterie. Il faut savoir qu’un tel bracelet de tradition spirituelle comporte plusieurs éléments clés :

  • le Cercle de défense (boucle tissée) autour du poignet qui symbolise le lien de la chair à l'âme et protège l'esprit des intrusions extérieures ; fils tressés ou nattage sur 2 rangées (bas-reliefs des civilisations précolombiennes, ornements des bijoux Celtes et très présent dans l'art musulman), la technique de tressage du shamballa renvoie au symbolise du mouvement répété à l'infini, alternance de mouvements contraires, rythme et structure complexe de l’univers et des hommes (jour et nuit, naissance et mort), éternel recommencement des cycles. Ce cercle est de fils est fermé par un nœud pour ne faire une boucle ; ces liens tressés immobilisent les perles qui tournent uniquement sur leur axe (symboliquement l'orbite des planètes autour du soleil)
  • Nœud de l'entrelacement a la manière des cordages de marins,
  • perles shambhalla de matières et de formes variables (le plus souvent sphérique) sont le symbole de l’harmonie et de la perfection dans le bouddhisme tibétain. Ces perles de Shamballah (métal, argent, bois, pierres) sont donc enfilées sur un fil tressé et terminé par le nœud coulissant. Suivant la tradition du Tibet, Shambhala est un royaume caché dans les hautes montagnes de l'Himalaya, les symboles la composition de ce bracelet s’expliquent par ce mythe (perles en verre de la blancheur glacée des monts tibétains, perles en bois ou perles de rocailles. Les perles fixées sur les liens sont des repère dans l'espace et le temps (récitation des mantras) dans la trafition de la méditation et de la prière. La succession de ces perles rythme alors le mouvement de la pensée et de la méditation. Des perles en tête de morts frappées par la syllabe AUM justifie cette dernière utilisation.

Avec le bracelet Shamballa, l’énergie du Chakra du cœur se libère afin de réveiller l’amour infini primordial en chaque être pour faire place à la la compassion profondément enracinée en chacun et envers les autres. Le bracelet Shamballa rassemble l'énergie créatrice féminine de l'univers et la puissance de feu masculine au service de la création.

Bracelet shamballa

Qui est Chogyam Trungpa Rinpoché et que veut dire Bouddhisme Shambhala ?

En 1976, le moine Chogyam Trungpa Rinpoché ouvrira des centres d’apprentissage Shambhala (d'après le royaume mythique de Shambhala de la perfection absolue) : ce guide se propose d’aider les fidèles et de libérer la voie du bonheur absolu grâce à la pratique de méditation. Guru Rinpoché Chogyam Trungpa aide alors chacun à comprendre et à trouver la source de sagesse éveillée (bonté fondamentale) pour cultiver ce bonheur dans notre environnement. C’est une initiation ouverte à tous les éveillés ayant atteint les 3 niveaux Purs du Shamballa (tel que décrit dans le tantra du Kalachakra).

Maître du bouddhisme tibétain, le moine Chogyam Rinpoché a fondé la lignée Shambala et enseignant important du bouddhisme tibétain du XXe siècle (plus d'une centaine de centres de méditation dans le monde, premier centre de pratique du bouddhisme tibétain Samye Ling en Écosse vers 1967). Le Bouddhisme Shambhala appelé « Vision Shambhala » explique que face aux problèmes de la société humaine actuelle (conflit, guerre, pauvreté, violence), le remède unique serait de travailler sur nous-mêmes et partager ce que nous avons compris avec autrui. Autrement dit, la quête du Bouddhisme Shambhala est de favoriser une existence saine et complète pour soi et pour notre prochain (ouvrage « La voie sacrée du guerrier « de 1984) ! Ce livre apparait alors comme la voie vers la sagesse humaine fondamentale, loin d’être l'apanage d'une culture ni même d'une religion, mais plutôt une tradition humaine ayant existé dans de nombreuses cultures à des périodes très reculées, un art de vaincre (du tibétain pawo) ou vaillance humaine sur les fléeaux de l’humanité. C’est une philosophie qui n’est pas issue du monde de l'Orient ni de celui l'Occident (pas de clivage culturel), d’ailleurs « guerrier » n’entend pas du tout se rattaché à la guerre contre autrui avec pour mot d’ordre l’agression. Ce dernier est même remplacé par le concept de Bonté fondamentale du Bouddhisme Shambhala. Cette réorientation de la pensée est un travail qui commence par soi (apprécier son corps et son esprit) en cessant de se morfondre, de se punir et de se condamner pour faire resurgir la bonté primordiale renfermée en chaque être selon Rinpoché Chogyam Trungpa.