Artisanat et antiquités d'Asie
Tel: 01-85-54-01-34 Pièces visibles sur Paris sur rendez-vous.
Panier

Croyance Bali : tradition Poleng des habits de statues et arbres

Bali est une île de l’archipel indonésien qui conserve encore ses croyances spirituelles ancestrales, cet air de tradition a jalousement préservé son patrimoine des courants occidentaux.
Pourquoi habiller des objets inanimés ? C'est la grande question que peut se poser un touriste étranger ou un visiteur de ces lieux insolites du bout du monde.



Batik, Songket, Endek, Ikat, Prada et Poleng sont les principaux tissus en Indonésie. Le batik, tissu national de l’Indonésie, représente à la fois un art et un artisanat séculaire, il est porté pour des cérémonies officielles autant que pour une utilisation pratique au quotidien ; tissé en soie, le tissu ikat sert à fabriquer des sarongs ou des foulards (Geringsing est le nom de l’Ikat le plus célèbre de Bali) ; avec ses motifs d’oiseaux, papillons, fleurs et feuilles, entrelacés d’argent et fil d’or, le tissu Songket est en soie sauvage brodée (habit le plus luxueux de Bali portés pour un mariage). Prada est un tissu brillant tissé de coton ou de soie avec une technique de placage de feuilles d’or, sert généralement pour des nappes ou des rideaux. Originellement, le tissu prada était fabriqué avec de l’or pur. Il comporte des motifs de fleurs de lotus ou de croix de l’entrelacement du bouddhisme (interdépendance). Enfin, le poleng est l’autre tissu typique de Bali et de Java.


Croyance balinaise et rituels du poleng

Bali, cette île mystérieuse est une destination pour celui à la recherche d'exotisme de la flore, de la culture mais surtout en matière de religion. Les îles de l’Indonésie sont à majorité musulmane, Bali a adopté l’hindouisme avec une partie des enseignements de bouddhisme, imprimé par l’Inde dès le IXe siècle.

Les Balinais accordent beaucoup d’importance aux rites de passage ou rituels de purification, c'est un évènement cérémoniel collectif de consécration des uns dans le partage avec la communauté. À Bali dans l'essence de l'hindouisme, l'humain n’est qu’une reproduction du vaste cosmos, à toute échelle nul n’échappe aux réceptions sans arrêt des pulsions positives ou négatives. L’être humain peut alors apporter un certain contrôle selon l'hindouisme balinais de ces faits et influences en suivant correctement des rituels au cours de sa vie. Accomplir les rituels, c'est alors de faire toujours ce qui est correct au bon moment à Bali, cela dans cette idée de ne pas strictement opposer le bien contre le mal. Ce n’est pas d’éradiquer le mal, plutôt de vivre avec bon gré mal gré pour sans cesse le bonifier. Une bonne harmonie peut nécessiter beaucoup d’énergies en prière, méditation, offrandes et respect strict des règles de l'équilibre du négatif avec le positif. Pour tenter de parvenir à une grande harmonie, à Bali les habitants s’attellent à bien faire et non pas à mieux faire : autrement dit faire ce qu’il est convenu de faire dans le respect envers les humains, les dieux, les esprits, les ancêtres, les animaux et la Nature.

Chaque village de Bali abrite au minimum trois temples avec chacun une particularité bien précise, temple social et rituel pura desa au centre du village, temple côté montagne situé en bordure du village dédié aux ancêtres et temple de la mort côté mer qui garde le cimetière, Le temple Pura Besakih situé sur les pentes du mont Agung, c’est la principale demeure des dieux à Bali et les habitants l’entourent souvent de ce tissu à damier.

Explication des tissus et de la religion : les esprits Buthas Kalas

Des statues, des temples et des arbres, tous habillés de tissus: ceci indiquerait qu'un être invisible y aurait élu domicile. Bon ou mauvais, l'âme ou l'esprit appelé Buthas Kalas ou esprits de la terre. Les offrandes au pied de ces arbres servirait à les apaiser.

Dans tous les villages de Bali on rencontre des temples, des offrandes un peu partout et des habits ceinturant les statues, les pierres, les arbres. L'aspect religieux est très important, dont la religion de l’hindouisme d’Inde se mêle à la tradition et à la culture ancestrale : l’hindouisme balinais s’appelle Agama Hindou Dharma (Hindouisme de Dharma) fusion de bouddhisme et de l'hindouisme, qui considère également la croyance en des esprits ou animisme (le fondement de leur croyance). Les esprits sont partout, leur adoration (en distinguant les objets par des offrandes et des habits) permet d’établir le contact avec l’au-delà et les hommes. L’hindouisme balinais Agama Hindou Dharma se base sur 5 principes fondamentaux dont la relation entre la Nature et l’Homme (principe du Butha Yadnya ou rituel sacré envers les éléments de la Nature dont les arbres, les montagnes). Bien sûr on retrouve certaines grandes divinités de l’hindouisme, en plus des ancêtres divinisés Ouraniens et Chtoniens (âmes non purifiées). Génie tutélaire ou seigneur de la forêt de la mythologie balinaise, le Barong représente le Bien et serait né du culte animiste des animaux protecteurs avant l'arrivée de l'hindouisme.

Comprendre la présence des habits ou des offrandes sur des objets inanimés est alors plus simple, les Balinais essaient de concilier par leurs rituels des forces opposées pour rétablir l’équilibre tant sur plan personnel, de leur île ou même à l’échelle universelle.  La présence du tissu balinais poleng indique que ce lieu est habité par un Butha Kala.



Symbolisme du Poleng à Bali et le Rwa bhineda : équilibre de l’Univers

À Bali, le tissu Poleng recouvre temples et statues, à Java il sert d'offrande pour les cérémonies en l'honneur de la reine du Sud Ratu Kidul et au mont Merapi (mont Lawu).
L’île des dieux, c’est le nom commun pour qualifier cette île paradisiaque de l’archipel indonésien. Dans la culture Indonésienne de Bali, le tissu à une grande importance est parfois lié à la spiritualité : c’est le cas du poleng indonésien qui est avant tout un motif de tissu en damier noir et blanc. Dans le paysage balinais, les arbres et les statues sont coiffés d'habits. Ceci s'explique par des croyances fondées sur l'arme qui anime les éléments de la nature et les objets sacrés.

Les tissus balinais traditionnels sont fabriqués dans un atelier avec des métiers à tisser d’un autre temps, les femmes travaillent autant avec leurs mains qu’avec leurs pieds pour produire des étoles et du fil toute la journée, restant concentrées des heures sous une chaleur étouffante.

Les Balinais portent l'attention particulière à des objets comme le kris, la statue, le masque, l'instrument de musique traditionnelle gamelan, un costume de danse, temple, mais encore ces éléments de la Nature comme un arbre, un rocher, une rivière, une montagne : tous habités par une âme.  Dans la culture locale, le tissu en damier noir et blanc fait partie du patrimoine culturel de l’île avec une explication rattachée à l'héritage ancestral du culte de la Nature et des esprits.

Le Sarong poleng (Kamben poleng pour les objets) est le vêtement porté pour les cérémonies. Ce tissu balinais sarong blanc et noir est le symbole des deux pôles de force de l’univers, la nature dualiste de l'univers et symbole de l'harmonie des énergies positives et négatives. Cet équilibre correspond à Rwa bhineda à Bali, la manifestation du maintien de l'équilibre entre noir et blanc, le bien et le mal qui cohabite dans chaque individu selon la croyance de l’hindouisme. Ce sont les deux opposés à l’origine de l'équilibre de l'Univers, cet équilibre trop souvent imperceptible  la parfaite balance du cosmos entre création et destruction, une organisation qui se joue à une échelle autant la plus infime que la plus grande.. En plaçant le tissu Poleng balinais sur une création (arbre ou statue), ceci indique précisément l’emplacement de la maison de l'énergie qui autorise le pouvoir de garder le lieu. Le noir et le blanc sont alors les images respectives des opposés, le gris au centre sert à réunir ces 2 couleurs.

L’arbre Banian et le tissu poleng

Les grands arbres avec des racines ressemblant à de longs cheveux s’appellent des banians indonésiens, quant aux statues habillées, ce sont les gardiennes des temples. Les arbres et statues se distinguent des autres objets inanimés en étant alors sacrés et les Balinais déposent quotidiennement des offrandes. Le Poleng noir et blanc est la couleur nationale de Bali, la police et les gardiens de la sécurité portent le damier poleng, sur des bannières, des drapeaux et des ombrelles des autels des temples.

Ce dualisme balinais Rwa Bhineda du damier est le symbole de deux opposés dépendant l’un de l’autre, le concept se rapproche de la philosophie chinoise du Yin-Yang, du Confucianisme, du Taoïsme. La paix de l’humanité, la prospérité, est le résultat de l’équilibre parfait des opposés. C’est cette égalité parfaite du nombre des carrés noirs et des carrés blancs.
Ce tissu Poleng et ce symbole de la maison de l'énergie Rwa bhineda sont parfaitement essentiels dans la culture balinaise (aussi à Java) afin de draper à la taille les statues et les arbres vénérables, ou encore les temples.

Dans la religion balinaise donc, le banian sacré symbole d’immortalité habillé d’un tissu à carreaux noirs et blancs est aussi la représentation de l’équilibre éternel de l’Univers. À Bali, le syncrétisme des religions fait que les concepts de l’hindouisme et du bouddhisme ont conservé des liens étroits avec la nature et les ancêtres : chaque élément de la Nature est la propriété d’un esprit.

Qu’est-ce qu’un tissu saput poleng ?

Comme l’opposition chinoise du Yin et du Yang, le concept de Rwa bineda de Bali se retrouve par le biais du tissu saput poleng. C’est un tissu à carreaux blanc et noir habillant toutes les statues et arbres, noué autour de leur hanche en Indonésie, plus particulièrement à Bali. Cette coutume suscite diverses interrogations de la part des étrangers : quelle est l’origine de cette tradition, quel est le symbole de ce tissu dans la culture balinaise ? Comment ce tissu demeure un élément-clé de la société au fil du temps ?
Le Kamben Poleng de Java ou Saput Poleng de Bali fait partie des offrandes dans les cérémonies traditionnelles, parfois, les populations ajoutent des fleurs et même une cigarette à la bouche des statues. Toutes ces décorations permettent alors de distinguer des objets sacrés habités par l’énergie de la création et des objets courants. Le tissu saput poleng à carreaux noir et blanc a symboliquement le pouvoir de maintenir l'équilibre entre les esprits Hauts et Bas dans la croyance balinaise, plus largement 2 entités qui s’opposent et qui ne vont hélas jamais l'un sans l'autre, expression de Rwa Bineda (fondements binaires de l'univers, Bien et Mal, ordre et désordre, impur et pur, jour et nuit, montagne et océan, masculin et féminin, soleil et lune, nord et sud, etc.). Ces opposés se rejoignent et cohabitent ensemble, le peuple Balinais a le devoir de tout faire pour que cette cohabitation soit la plus harmonieuse. Par conséquent, le monde surnaturel, celui des dieux, des barong, des ancêtres, des esprits, se fond dans le monde réel des hommes.

Une flore incroyable et une variété de plantes tropicales très odorantes: Bali est aussi ce jardin tropical merveilleux de lacs, de forêts et de rizières à perte de vue. C'est dans cet écosystème que vit le célèbre arbre Banyan, un arbre sacré dans la religion de l'hindouisme qui symbolise la vie éternelle. De plus par la croyance en des esprits tutélaires, le Banyan est paré de tissu en damier noir et blanc.



Commentaires