Artisanat et antiquités d'Asie
Tel: 01-85-54-01-34 Pièces visibles sur Paris sur rendez-vous.
Panier

Marionnette wayang Golek

Le théâtre des Wayang Golek désigne le théâtre de la marionnette Indonésienne originaire de Java, sculptée en ronde-bosse, un type de sculpture en trois dimensions caractéristique de l’antiquité. dans l’histoire wayang, la trace des premiers théâtres de marionnettes wayang Golek remonte au début des années 1800 sur la côte-nord de Java, la ville de Cirebon. C’est à cette époque lointaine que les Dalangs manipulent des figurines de bois sculptées aux effigies de poupées (antérieurement, théâtre sur papier et théâtre d’ombres).

Ces représentations de la marionnette indonésienne vont très vite connaître le succès et s’étendre au Sunda rassemblant les provinces du Java occidental et de Banten (Aujourd’hui, la capitale du pays Sunda est Bandung).

Le processus de fabrication de la marionnette Indonésienne Golek

La peau de buffle est récupérée toute fraîche, elle sera ensuite séchée sur un cadre de bambou. Une fois bien sèche, la peau sera grattée et dégrossie entre 1 mm et ½ à 2 et ½ selon la taille du personnage à découper. Afin de dégraisser la peau, on procède à un enfumage, c’est alors que l’artisan travaille directement sur le cuir en dessinant les contours du personnage au moyen de maillet et de gouges en métal. Le cuir est porté sur une planche de bois calée par le pied nu de l’artisan. La silhouette wayang ainsi travaillée, elle est polie sur ses 2 faces et blanchie à la poudre d’os. Enfin, l’artisan ajoute tous les détails de son personnage au pinceau : traits du visage, vêtements, accessoires… L’ensemble est embelli de fines dorures ! Une armature faite de corne soutient le personnage, les mains et la tête articulées de la poupée Golek (coude et épaules), seuls moyens d’expression, sont de même reliées à des baguettes en bois ou en corne.

marionnette wayang golek fabrication

Dans la tradition wayang, la couleur du corps tient un grand rôle. Le rouge permet d’identifier un personnage cupide, agressif et toujours en colère, noir et bleu renvoient à une personne calme, douée de maturité et d’éveil spirituel. Quant au blanc, il renvoie à la pureté, l’intégrité morale et à la vertu. Enfin les tons or et jaune sont réservés à l’aristocratie, aux nobles et aux rois.

Le public peut également identifier un personnage par la couleur de son visage. Le blanc est le code pour un jeune prince, bleu pour la peur, la lâcheté, vert pour l’hypocrisie, la violence avec le rose et le rouge pour la brutalité. Le noir équivaut à la franchise dans la tradition des marionnettes indonésiennes, le doré pour la maîtrise de soi.

La position des jambes également indique un état comportemental ou d’esprit ; rapprochées, elles signifient le calme du personnage, son assurance. Les jambes écartées signifient une prédisposition à la violence, à la passion.

La coiffure, les bijoux, couronnes, diadèmes, et l’accoutrement du personnage sont travaillés avec minutie..

 

Les personnages représentés par les marionnettes wayang Golek

On en dénombre pas moins d’une centaine, cependant on peut les rassembler en 2 grandes catégories : d’une part, les marionnettes indonésiennes aristocratiques, d’autre part, celles appartenant à la classe despote (autocrate), encline de violence.

La classe aristocrate : cette classe de marionnette indonésienne affiche des traits caractéristiques de visage, buste étroit, bouche fermée, yeux en amandes (courage), long nez fin prolongeant la ligne du front. Les têtes inclinées vers le bas sont une expression d’humilité. C’est le camp du Bien, Halus. Le Dalang leur prête une voix mélodieuse et douce.

marionnette wayang golek les personnages

La classe autocrate : on retrouve des marionnettes aux formes grossières, au nez gros, aux yeux exorbités (violence), la bouche épaissie et des dents de combat. Le camp du Mal, Kasar. Les personnages sont poilus et énormes, la tête dirigée vers le haut en signe de témérité porté vers l’insolence. Pour la marionnette Indonésienne Kasar, le Dalang interprète de forts cris de lamentations, les personnages râlent « à qui mieux mieux ».

Le chef des Pandawas, Arjuna, est le prototype parfait des Halus, Kolojekso ou Dursosono représentent parfaitement le camp Kasar.


 


Les thématiques du spectacle de la marionnette Indonésienne Golek

Comme dans toutes représentations Wayang, les Dalang choisissent des épisodes inspirés des 2 répertoires indiens du Mahabbarata et du Ramayana, composés chacuns de plus de 180 livres et traduits en javanais vers le X ème siècle.

Voici la liste des personnages du répertoire du Mahabarrata (Halus et Kasar) :

  • Les 5 frères Pandava, descendants du dieu Indra, dont le prince Arjuna noble et raffiné, bourreau des cœurs, Yudistira, l’aîné et représentant de la justice, Bima, le benjamin costaud, icône du courage et les jumeaux Nakula et Sadema ;
  • les 99 frères Kaurava et leur unique sœur incarnant les forces du Mal, dont le chef est Duryudana.

marionnette wayang golek personnages

Le Mahabarrata raconte les nombreuses péripéties des 5 frères Pandava pour récupérer leur royaume d’Astina contre les 100 frères Korava. Contraints de partir en exil chez leur grand-père Virata, les 5 frères tentent vainement de regagner Astina : une guerre sanglante éclate « Bharata Yudha ». Les 5 frères Pandava meurent un à un dans la forêt sauf le frère aîné, Yudistra, sauvé par le dieu Indra.

Le répertoire du Ramayana raconte l’histoire tragique de l’union du prince Rama avec la princesse Sita. Le prince remporte la main de sa destinée à l’issue d’un concours de tir à l’arc. Le demi-frère de Rama obtient le royaume d’Ayodha : Rama accompagné de Sita et de son frère Lesmana partent en exil.

Les 3 personnages résident dans l’île de Lanka, dont le roi est Ravana. Sa sœur, Marica, tombe éperdument amoureuse de Rama qui la repousse. Elle se venge et coupe le nez et les oreilles de Lesmana. Le roi Ravana éloigne les frères Rama et Lesmana de l’île et enlève la princesse Sita… Aux commandes d’une armée de singes pour aller délivrer la princesse Sita, Rama et son frère tuent Ravana. Malheureusement après de trop longues années de séparation (13 ans), le cœur de Sita n’a pas pu rester fidèle à Rama qui se voit contraint de la chasser de son royaume. Le dénuement du Ramayana est la mort de Sita après avoir donné naissance à 2 jumeaux et celle de Rama, brisé par sa peine.