Artisanat et antiquités d'Asie
Tel: 01-85-54-01-34 Pièces visibles sur Paris sur rendez-vous.
Panier

masque balinais du barong

Le masque balinais du barong : créature mythologique et danse traditionnelle 

Création mythologique, « géant », le Barong est le Banaspati Rajah, gardien et seigneur de la forêt. Avec une apparence de lion, ce personnage de la tradition balinaise représente les forces du bien, opposé à la reine des sorcière Ranga, la reine du mal des forces démoniaques.

Masque balinais barong

Origine et culture autour du masque balinais du barong

Dans l’archipel Indonésien, l’univers du masque balinais du barong n’existe qu’à Bali. L’origine du Barong dans la culture traditionnelle balinaise remonte au culte animiste des animaux protecteurs, pratique antérieure à l’hindouisme sur l’île. Les régions de Bali présente un masque balinais du barong avec des spécificités :

  • Barong-lion, le plus commun de l’île (traits partagés aux lions chinois)
  • Barang-tigre, « Barong Macan »
  • Barong-dragon appelé Naga
  • Barong géant ou Landung aux formes humaines de 3 mètres de hauteur (rois et reines)
  • Barong-sanglier (Celeng). 

Excepté les Barongs aux formes humaines ou Landung avec deux jambes, les autres types ont en 4. Pour animer ces personnages, il faut au moins deux danseurs, d’une part à la tête du Barong pour faire claquer ses mâchoires, d’autre part supportant le corps et la queue.

Fabrication du masque balinais du Barong 

Le masque balinais du Barong fait parti des figurines sacrées. On utilise le bois d’un arbre coupé dans la cour d’un Temple. Des offrandes sont placées autour de l’arbre et le tronc est entouré d’un ruban de couleur blanche. Le sculpteur procède à la coupe et emporte chez lui les morceaux d’arbres pour les conserver plusieurs mois dans le temple familial. Puis il ramène le bois au premier temple afin de le travailler, sculpter, poncer et peindre. 

Le masque du Barong est la partie la plus sacrée, elle fait l’objet d’offrandes et mérite le plus grand respect. Conservé dans le temple, il est placé précieusement sur un autel. Le corps et la queue ondulante sont suspendus au mur. Le costume de Barong est en rotin couvert de poils. A Bali, seule la caste des Brahmanes est autorisée à fabriquer ces masques de Barong.
Dans la tradition du masque balinais du Barong, les Barongs issus du même arbre sont tous frères.

La danse du masque balinais du Barong et les histoires 

Théâtre masque balinais du barong

Principale attraction de Bali, la danse du masque balinais du barong se tient à l’intérieur d’une enceinte avec des gradins pour les spectateurs. Au sein même de ces animations culturelles sont présents des musiciens munis de leur instrument traditionnel. 

Cette danse du barong, appelée « danse du kriss » est le symbole de la mythologie balinaise à partir d’histoires et de mythes reflétant la réalité. Une des histoires jouée est « Pemaksan Barong Tegaltamu », mettant en scène :
- le Prince Sadewa (qui se transforme après en Barong pour affronter Rangda) devant être sacrifié en l’honneur de Batari Durga, déesse de la mort
- accompagnée de sa disciple sorcière
- reine mère de Sadewa et le premier ministre
- Kaleta, prêtresse de Batari Durga se transforme en Ours et en oiseau géant, Garuda, mi-aigle mi-humain, le roi des oiseaux, avant devenir Rangda
- le dieu Siwa qui rendra immortel le prince 

La danse du Barong présente la lutte éternelle des forces du Bien conre celles du Mal : le masque balinais du barong s’oppose à la méchante reine des sorcières, la veuve Rangda. Plusieurs actes se déroulent dans un spectacle de danse du Barong. Dans la présentation de la danse Barong, les supporters du Barong tentent vainement d’achever la vilaine sorcière avec leurs armes, des « kris ». Rangda puissante arrive à retourner ces armes contre eux comme pour se tuer. Sur scène, le masque balinais Rangda possède un visage atroce, reconnaissable par son horrible langue qui pend jusqu’aux genoux. 

Celle-ci atroce avec des pouvoirs maléfiques est furieuse que sa fille Ratna n’ait aucun prétendant. AU XIème siècle, la méchante marionnette balinaise Rangda sema la terreur dans l’est de Java (épidémie de peste). Le prêtre Mpu Bharadah et son disciple tentent de sauver Bali de ce désastre et volent le secret de Rangda pour la tuer. Pour ruser Rangda, le prêtre envoie son disciple pour épouser Ratna, fille de la méchante reine des sorcières. Malheureusement, Rangda put se réincarner…
Puis arrive le tour du danseur avec le masque balinais du barong, corps couvert de poils (cheveux humains), mâchoire qui claque et queue ondulante : sa prestance est toujours magnifique. Il lui revient de combattre la reine des sorcières tout en protégeant ses supporters de se blesser face aux pointes acérées de leurs propres armes. Ses alliés l’aident à venir à bout de la méchante Rangda. Ce sont des danseurs humains portant une ombrelle et des drapeaux pointus.
Dans le jeu de scénique, le Barong peut agir comme un chat docile à l’atention du public, se transforme en un lion puissant face à ses assaillants. La lutte du bien contre le mal est interminable, il n’y a jamais de vainqueurs ni de vaincus.
Barong est aidé de ses disciples brandissant des kris pour attaquer Ranga. Celle-ci les envoûte, mais Barong va les immuniser en rendant leur peau impénétrable par le tranchant des kris. La scène de la danse du Barong se termine avec l’arrivée d’un prêtre. C’est ainsi que ce prêtre va bénir ces disciples de Barong par une eau sacrée. Leur état de transe et envoûtement disparaissent alors définitivement.