Artisanat et antiquités d'Asie
Tel: 01-85-54-01-34 Pièces visibles sur Paris sur rendez-vous.
Panier

Qu’est ce qu’une clochette tibétaine Comment l’utiliser

Composée essentiellement de 2 parties, une manche et un corps, la clochette tibétaine a largement accompagné l’expansion du bouddhisme en Asie. Cette clochette de la sagesse est associée à un autre élément clé dans le bouddhisme tibétain, la foudre. Cette union des moyens et de la sagesse conduit à la voie de l’illumination…

Comprendre la clochette tibétaine Dril-bu : vers la voie de l’Illumination

Gantha tibétaine

Une cloche, quelle que soit la religion ou dans la pratique ésotérique, joue un rôle prépondérant dans les rituels.
Appelée également « Ghanta » au même titre que « Dril-bu », la clochette tibétaine est le symbole de la vacuité, le son qu’elle produit rappelle l’enseignement prodigué par les bouddhas des différents courants (bouddhisme tantrique) issus de la doctrine originelle de Gautama.

Dans le symbolisme autour de la clochette tibétaine se trouve annexé un autre objet : la foudre ou le diamant, nommé « Vajra ». Ces deux objets cultuels sont indissociables lors des rituels, le premier (clochette) porté dans la main gauche, le second (vajra) dans la main droite. Dans le bouddhisme tibétain, cette cloche renvoie à une idée de perfection de la sagesse et à l'expérience de l’univers. Elle est alors associée à la foudre étant à l'origine le symbole de la puissance invulnérable du dieu Indra dans la mythologie indienne (un des 3 dieux suprêmes avec Brahma et Shiva).

La foudre ou le diamant vajra est en forme de sceptre, il représente le concept de l’indestructibilité dans le bouddhisme tibétain ou tantrique, il représente le visage de la vérité, ce qui est immuable, la clarté. Utilisée comme arme, Indra s’en sert pour punir les infidèles.

Le vajra est aussi un symbole de compassion, une grande conscience de la félicité représentée dans le Bouddhisme tantrique.
Cloche dril-bu et foudre dorje ou vajra sont alors les deux éléments essentiels dans le bouddhisme tibétain, symbolisant ensemble l'union parfaite entre la forme et la vacuité (moyens habiles et sagesse).

Par ailleurs, une cloche tibétaine est le signe du principe féminin, à l’opposé de la foudre vajra, symbole bouddhique du principe masculin comme aussi le tambour damaru. Nommée en tibétain « rdor-dril » (contraction des termes rdo-rje et dril-bu), cette cloche forme avec le sceptre rdo-rje (dorje) les deux objets rituels hérités de l’Inde. Grâce à ses 5 pointes formant la poignée de cette cloche (demi-vajra), elles représentent alors les 5 vertus transcendantes de nature masculine :

  • persévérance
  • discipline
  • concentration
  • générosité
  • tolérance.

Une sixième vertu transcendante est symbolisée par l'ouverture de la cloche, la sagesse. En d’autres termes, cette cloche représente pour les pratiquants du tantrisme la connaissance secrète du vide de tous les phénomènes, la fugitivité des choses.

Vajra tibétain

Composition d’une clochette tibétaine dril-bu 

Un dril-bu comporte principalement 2 grandes parties fondues séparément dans des alliages différents de bronze, à savoir sur le plan de son analyse chimique :

  • le corps « khog-pa » (constitué pour la majeure partie de cuivre - 78% et d’étain, d’argent, de plomb, de nickel, de zinc et de fer
  • un manche « yu-ba » (87% de cuivre, étain, zinc, plomb.

Sur le plan spirituel, une clochette tibétaine comporte plusieurs signes. D’abord, le corps de la cloche est reconnaissable par divers éléments, tels que la jupe ceinturée de rosaires de perles, il est aussi décoré avec des colliers et des demi-colliers de guirlandes qui encadrent des symboles variés ou attributs des 5 bouddhas, bouddhas traditionnellement placés dans les directions nord, est, sud, ouest et centre :

  • le Lotus
  • la Roue de la loi
  • le Joyau
  • l’Épée.

Au sommet de cette cloche tibétaine se trouve gravé le nom des 8 déesses partenaires mystiques des bouddhas dans les 8 pétales d’un lotus ouvert.
Le manche de la clochette tibétaine a une structure constante, à sa base se trouve le vase d’abondance, parfois remplacé par un anneau. Au-dessus de cet anneau ou de ce vase se trouve le visage de la sagesse, portant une couronne surmontée d’un lotus à 8 pétales. De ces pétales surgissent des pointes formant un genre de couronne autour de laquelle se groupent 4 pointes se rejoignant au sommet.

De nombreux maîtres religieux possèdent comme attributs la cloche et le diamant foudre, les plus connus de la tradition écrite et iconographique sont au nombre de 84 maîtres accomplis. Parmi ces maitres, un se distingue, le plus souvent représenté avec ces 2 attributs : Ghantapada (son nom dérive de la cloche).

  • Vairocana, bouddha au centre dont le nom signifie l’ « Illuminateur ».
  • le bouddha à l’ouest, « Lumière infinie » Amitabha
  • le bouddha au sud « Né du Joyau » Ratnasambhava
  • Aksobhya bouddha à l’est « L’Inébranlable »
  • le bouddha au nord  Amoghasiddhi « celui dont l’accomplissement n’est pas vain ».

Chaque pointe représente les bouddhas avec les attributs sur le corps de la cloche :

Moine avec gantha et vajra

Comment bien utiliser la clochette ?

Selon les fidèles pratiquants, la voie vers l'illumination est tout à fait possible grâce au recours simultané du Vajra ou Dorje et de la cloche tibétaine. Mais comment y parvenir ?
Pour bien utiliser ces objets cultuels comme la cloche tibétaine, il faut les saisir chacun dans une main, on peut se fier à plusieurs exemples de postures des bouddhas :

  • Vajrasattva tient de sa main droite le Dorje placé à la hauteur de sa poitrine, la clochette avec l’ouverture dirigée vers le haut est tenue par l’autre main appuyée sur la hanche
  • Vajradhara accomplit le geste de l’étreinte de la partenaire mystique les mains croisées sur sa poitrine.

En dernier lieu, il y a lieu de souligner qu’un Dorje à 5 pointes est toujours à accompagner d’une clochette tibétaine surmontée d’un demi dorje aussi à 5 pointes : ces 2 objets cultuels sont utilisés pour les rituels avec des divinités de caractère paisible favorisant l’accroissement des biens. Pour des actions de destruction des forces nuisibles, le pratiquant peut choisir ces mêmes objets respectivement à 9 pointes.