Artisanat et antiquités d'Asie
Tel: 01-85-54-01-34 Pièces visibles sur Paris sur rendez-vous.
Panier

histoire du moulin à prière tibétain

Traditionnellement composé d’un axe, d’un cylindre et de papier où sont disposées des formules magiques (syllabes mantra), le moulin à vent existe depuis des temps immémoriaux. À l’origine, ce type de moulins magiques constitue un objet cultuel, son utilisation s’est vulgarisée dans chaque foyer au Tibet comme au Népal.

Aux sources du moulin à prières : tourner la roue du Dharma

Moulin à prière du Tibet

Ce type d’objet cultuel trouve ses origines au sein de plusieurs pays bouddhistes d’Asie, notamment au Tibet (en tibétain, ils sont appelés « mani korlo »). Il est fréquent de voir des femmes et des hommes âgés tourner des moulins à prières et tenir un mala de l’autre main. C’est un rituel devenu courant chez eux, le matin et en fin de soirée avant d’aller se coucher. Le plus souvent, ils entonnent la formule puissante OM MANI PADME HUNG. Cette pratique du moulin à prières apporte d’une part la purification de l'esprit du fidèle, de l’autre l’accumulation de mérites dans sa prochaine existence.

Selon les légendes issues des textes anciens de référence, il est fait mention de la « Roue du Dharma « dans l’exposé de Bouddha Dipankara au futur Bouddha Sakyamuni. Cette roue constituerait un moyen habile d’atteindre l'Éveil. Ce dernier explique à son interlocuteur qu’il désire atteindre l’Éveil pour le bien des hommes. À son tour, le maitre Dipankara confie au futur Bouddha que cette roue se trouvait chez les serpents divins Nagas durant des millions d'années. Dans cette légende de la rencontre entre Sakyamuni et Dipankara, celui-ci ayant vécu durant 100 000 ans n’était pas à l’origine de cette roue de l’Éveil qui lui avait donc été transmise.

Un vieux texte appelé Mani Kabum explique encore que c’est le moine indien bouddhiste, philosophe et écrivain Nagarjuna qui va découvrir dans le palais du Roi des Nagas une roue du Dharma très puissante au pouvoir libérateur de la souffrance des royaumes inférieurs. Il va alors transmettre cette pratique du Dharma aux hommes en la relayant à la divinité féminine Dakini à la face de Lion. Elle-même transmet la pratique au Guru Rinpoché (maître bouddhiste Padmasambhava) qui institua et développa cette pratique du Dharma au Tibet.

Qu’appelle t-on un Moulin à prières ?

Moulin mural du tibet

Le principe du moulin à prières est simple, il s’agit au fait de faire tourner ce moulin ou plutôt le cylindre à mantra, un geste actionnant la rotation qui a la même valeur spirituelle que le fait de réciter un mantra. Par un tour de roue, les prières sont dispersées dans les airs et dans la nature. En se dispersant au gré du vent, ces mantras ont une influence positive sur l'environnement proche du moulin à prières, rendant les lieux paisibles et favorables pour l'esprit. Les croyances populaires au sein des pays pratiquant du bouddhisme décrètent que le tour de la roue d’un moulin à prières libère l'énergie positive accumulée dans les mantras et d’éloigner les mauvais esprits, malchances ou maladies…Il est aussi dit dans ces pays que la rotation symbolise le mouvement du soleil et surtout le cycle des renaissances.
Techniquement, le moulin à prière se compose :
d’un axe de petite ou de grande taille selon le type de moulins
d’un cylindre allant de la petite taille à la taille moyenne
de rouleaux de papier minces où sont inscrits le mantra (ou inscrit sur l’extérieur de la roue).
Ces moulins comme le mani korlo sont tournés dans le sens des aiguilles d’une montre par la main droite, par ailleurs ceci permet de respecter le sens dans lequel les mantras ont été écrits. Tourner de manière continue cette roue permet ainsi d’expédier sa prière dans l’univers...

On raconte que toucher simplement un mani korlo apaise l’esprit en apportant une grande purification des karmas négatifs accumulés. Le fait d’actionner le moulin à prières avec 100 millions de mantras équivaut à réciter le même nombre de fois ces mantras pour accumuler le même mérite. Par comparaison, l’action par le fidèle du moulin à prières équivaut à avoir passé un nombre d’années en retraite dans un temple bouddhiste. Dans la pratique, en quelques secondes le fidèle exécute une accumulation de mérites et une purification puissante.

Bienfaits du moulin à prières tibétain

Moulin à prières de temple du Tibet

Il existe différentes variantes de ce moulin à prières tibétain, le principe restant le même. On trouve par exemple :
- les moulins Thardo Khorlo avec plusieurs sélections de mantra
- des moulins à petite roue Mani
- des roues de 2 m de hauteur le plus
- de grandes grilles de roue souvent figées dans les murs des temples
- des moulins à prières à vent
- des moulins à prières à terre
- des moulins à prières à eau (en se déversant dans des cours d’eau, l’eau bénit tous les êtres habitant dans les mers et les océans)
- des moulins à prières à feu (tourné par la chaleur d'une flamme) ou électrique.
Ces moulins ont été inventés pour permettre une large diffusion des prières par-delà les différents éléments de la nature. Cette distinction entre les types de moulins à prières se fait également suivant le mantra contenu dedans. Le mantra Om Mani Padme Hum de Chenrezig (donné par Avalokatishvara divinité de l'incarnation de la compassion) est le plus fréquent, c’est un mantra puissant avec un grand pouvoir de résonance qui cible la purification de tous les karmas négatifs des êtres. Grâce à l’invocation de ce mantra, l’être humain se trouve porter vers les énergies de l’illumination, le chemin vers l’éveil et de la pure compassion. À travers le moulin à prières sont incarnées toutes les actions des Bouddhas et Bodhisattvas des dix directions. Ces êtres se manifestent pour bénéficier aux êtres sensibles, humains comme insectes, afin de purifier tous les karmas négatifs. Au final, le moulin à prière trouve toute son importance dans la mesure où il permet de sauver les êtres de la renaissance dans les royaumes inférieurs. C’est également un moyen qui permet aux êtres de naître par voie de transfert de conscience dans une terre pure de Bouddha ou « Potala », dans un corps de Deva.
Parmi les nombreux bénéfices du moulin à prières, on peut également citer son effet calmant sur l’esprit humain, son pouvoir à l’apprivoiser et à développer l'esprit.
A contrario si l’on néglige la qualité ou les règles concernant la pratique du cycle du Dharma, on se heurte aux pouvoirs maléfiques des mantras qui non simplement fait perdre des mérites, mais aggravent les conséquences karmiques comme décrites dans les Tantras.