Artisanat et antiquités d'Asie
Tel: 01-85-54-01-34 Pièces visibles sur Paris sur rendez-vous.
Panier

Qui est le dieu Shiva ? Histoire et explication

Tout savoir sur la déité Shiva hindoue

Grand Dieu du panthéon hindou, il est à la fois un dieu bienfaisant et un dieu destructeur. Déité ambivalente complexe, Shiva est le créateur du monde, il organise le monde et règne aussi sur les ténèbres. Cette Dualité se traduit par différentes représentation et l'on retrouvera différentes statues de shiva.

Histoire du dieu Shiva ou l'ancien Rudra

Déité Shiva hindoue

Shiva du panthéon hindou, son nom même est différent selon les courants qui ont traversé l’Inde des temps les plus reculés, Siva, Civa (celui qui porte bonheur ou le bon), ou plus communément Shiva est un dieu de la mythologie hindoue. À ce titre, il fait partie des 3 dieux primordiaux de la Trimurti (avec Brahma et Vishnou). Depuis l’Inde Ancienne à l’époque de la mythologie védique, le premier nom de Shiva fut Indra, roi des dieux et Seigneur du Ciel, dieu né du dieu de l’orage et de la guerre indo-européen. Le dieu Indra évoque à la fois la puissance mentale et physique comparable aux combattants vainqueurs de la caste des kshatrivas.

La philosophie indienne attribue à Shiva des qualités à première vue opposées, mais au final, se confondent naturellement dans le cycle continu du temps et de l’espace. Au cœur de ce courant de pensée indienne on trouve donc le concept de « reproduction », rien de ce qui existe n'est détruit absolument, car la mort n'est que transformation qui sert à reproduire un autre ou plusieurs autres. Le dieu de la destruction est alors en même temps le dieu de la génération.

Dans une branche de l’hindouisme nommée Shivaïsme (les pratiquants et fidèles sont les shivaïtes ou shaïvas), Shiva assure, en plus des fonctions de Rudra le terrible, 5 fonctions principales :

  • le créateur (la reproduction, généralement la création d’un Nouveau Monde après sa destruction)
  • le préservateur
  • le transformateur
  • le dissimulateur
  • le révélateur.

Le nom de la déité Shiva du panthéon hindou dérive d’une épithète du nom Rudra, c’est un adjectif qui signifie gentil, aimable, marquant alors une transformation dans le caractère terrible de Rudra pour le passage de l’ère védique du Rig Veda à l’hindouisme.

Pour témoigner de sa force, une légende raconte le malheureux mariage de ce grand dieu avec Sati auquel s’opposa son père Daksha. La princesse lança une guirlande à l’attention de Shiva qui la prit autour de son cou. Non content, le roi n’invita pas le dieu au rituel du sacrifice en l’honneur de Vishnou. De son côté, pour reprocher sa colère à son père, Sati se tua dans le feu sacrificiel. Le cadavre sur ses épaules, Shiva entra dans une colère noire et jura de se venger, il commença à faire une danse de mort en s’arrachant une poignée de cheveux. En frappant le sol, il fit jaillir le géant immense Virabhadra qui sema la panique. Cette créature ne craignait pas les dieux, frappant les uns et mutilant les autres comme le dieu du soleil ou le dieu de la lune. Puis le géant s’attaqua au roi et décapita sa tête qu’il jeta dans le feu sacrificiel. C’est à ce moment que Vishnou intervient pour calmer la colère du géant et de Shiva, il rendit la vie à Daksha en remplaçant sa tête par celle d’un bouc. Après s’être calmé, Shiva entra dans une profonde méditation, attendant la réincarnation de Sati en Parvati… Cependant, Shiva est marié à la déesse-mère Shakti qui prend elle aussi plusieurs noms (Durga, Kali, Parvati) par rapport à la fonction qu'elle occupe.

Dans la mythologie hindoue, Shiva est aussi important en tant que père de Ganesh. Skanda, le dieu de la guerre est son second fils. Cette famille de dieux tout puissants vit au sommet du mont Kailash (Himalaya), ciel supérieur à celui d'Indra. Ensemble, ils sont assis sur un trône d'or, entourés de serviteurs, de démons et de génies. Lors de la fin des temps, Shiva brûlera et consumera tous les mondes pour faire périr hommes, esprits et dieux. Sous la forme d'une petite flamme, ce dieu danse sur les ruines fumantes de l'univers pour amorcer après une nuit la renaissance et le recommencement d’une nouvelle période d'existence.

En se rendant dans une forêt pour y combattre dix mille hérétiques, Shiva et Vishnou furent confrontés à un serpent, un tigre et un nain noir féroce armé d’une massue. Le dieu Shiva apprivoise le serpent (comme on maitrise ses passions) et le mis autour du cou en guise de collier, tue le tigre pour s’asseoir par-dessus la peau du tigre (symbole de la maitrise de la nature Pashupati). En posant le pied sur le nain, Shiva se mit à danser développant autour de lui une grande puissance. Par la suite, les 10 000 hérétiques et le nain noir reconnurent en Shiva leur seigneur.

Déité Shiva

Dans la mythologie hindoue, les adeptes considèrent 2 dieux principaux, Shiva et Vishnou. Au départ, les fidèles de ces 2 dieux respectifs accordaient une importance plus ou moins grande à l’un ou à l’autre : d’un côté, les fidèles de Vishnou croient en la suprématie de leur dieu, Shiva étant une émanation, de l’autre, les adeptes de Shiva placent leur dieu au-dessus de Vishnou. Cette suprématie d'un dieu sur l'autre se retrouve dans de nombreux mythes des pura?a vi??uites et des pura?a sivaites.

Manifestations et traits spécifiques de la déité Shiva

Issu du panthéon hindou, il aurait 1008 noms d’après les plus anciens textes, une pluralité d’appellations due au fait des nombreux courants vénérant ce dieu au fil des siècles. Parmi ces noms, on cite les plus célèbres : Rudra, Ougra, dieu aux 3 yeux Tryambaka, Ardhanarishvara seigneur androgyne (avec Parvati), Kala, Hara, Bhagavan, seigneur de la montagne Girisha, Mahadéva, Pashupati, Iswara, Isa, dieu au cou bleu Nilakantha, Shambhu, Shankara, Bhagavata le Bienheureux, le dieu porteur du Gange Gangadhara, Chandrashkhara (dieu avec la lune dans les cheveux), porteur de crânes Kapâlamâlin, le Maître des trois mondes Tribhuvaneshvara, Hara le destructeur, Mahakala le grand noir, grand yogi Mahayogi, le roi du yoga Yogaraja, Mahesha le grand seigneur, Pashupati maître des créatures, Shambhu le bienveillant et le seigneur de tout Vishvanatha.

Ses manifestations sont tout aussi nombreuses :

  • Shiva Nataraja, danseur cosmique du tandava rythmant la destruction et la création du monde
  • mendiant (légende de la forêt racontant l’envoûtement des épouses des sages par la beauté du dieu nu Shiva ; pour rivaliser avec lui, les sages firent sortir un tigre d’une fosse, mais le dieu l’acheva et prit sa peau pour s’en faire un vêtement)
  • Lingam ou Shiva linga (représentation phallique)
  • Maha-kala (vêtement rouge et teint de peau de couleur fumée), c’est l'ascète seigneur des lieux de crémation
  • Yogi dieu du yoga plongé dans une profonde méditation
  • Bhairava (représentation terrifiante de Shiva qui porte le 5ème crane de Brahma)

Il a un chignon jata-mukuta ayant pour rôle de calmer l'impétuosité des flots du Gange, fleuve sacré de l'hindouisme (sa chevelure Djata), un croissant de lune est logé dans sa chevelure (symbole du cycle du temps). Les yeux de Shiva sont mi-clos, fermant ses yeux, Shiva met fin à l'univers, il les ouvre pour créer un nouveau monde et amorcer un nouveau cycle. Son 3ème œil est gardé fermé, l’œil jnanacak?us au milieu du front, un œil foudroyant et aussi symbole de sagesse. Cet œil frontal permet à Shiva d’avoir une perception transcendante, de voir à travers le temps, passé, présent et futur. Dans une explication ésotérique d’origine orientale, le 3ème œil fait l’impasse sur les deux yeux normaux, il s’agit d’un troisième regard qui offre la capacité de la connaissance de soi.

Shiva a de longues dents et un large ventre. Ce dieu est doté de quatre bras

  • la clochette de la création ou le tambour à boules fouettantes damaru est enserrée dans la main supérieure droite
  • l’abhaya mudra ou geste de protection est réalisé avec la main inférieure droite
  • la flamme de la destruction samhara est prise dans la main gauche supérieure
  • la main inférieure gauche pointant vers le pied gauche tenu en l'air désigne le pouvoir de grâce et de libération.
  • le pied droit écrase le nain de l'ignorance.

Déité Shiva hindoue

Le plus souvent, la déité Shiva est présentée avec un trident ou une hache. Un cobra Kundalini s’enroule autour de son cou, collier de l'énergie primordiale divine (le principe féminin divin alors que le principe masculin est représenté par Shiva), mais aussi un collier fabriqué à partir de crânes humains. Shiva est aussi assis sur une peau de tigre (énergie potentielle, maîtrise de la Nature).

Shiva est représenté sous la forme d'un homme à la peau argentée, blanche, avec 5 faces, un œil et un croissant sur chaque front, ou bien une seule tête a 3 yeux et 2 bras. Parfois, Shiva nu est couvert de cendres, les yeux rouges d'ivresse et tenant une conque. Sa monture est le taureau Nandi.

Autres manifestations de la déité Shiva

Le shiva lingam est un symbole de création associé au yoni (dalle de pierre matrice du monde qui reflète l'organe féminin), leur union aboutit à l'Absolu dans le monde, le cosmos et le pouvoir de la connaissance. C’est aussi un symbole de rassemblement des énergies du yogi sur le plan sensible.

Le Linga Purana raconte que l'univers était envahi par les eaux, Brahma et Vishnou se disputèrent lequel était le plus grand des dieux. Une immense colonne de feu surgit entre les eaux, chacun des 2 dieux voulant démontrer qui était capable de mesurer la hauteur de cette immense colonne. Le premier, Vishnou alors transformé en sanglier plongea au fond des eaux, Brahma transformé en oie vola aussi haut que possible (hamsa ou oie sauvage, qui est le véhicule de ce dieu). Mais aucun ne parvint à atteindre l'extrémité de la colonne de feu, c’est alors que surgit Shiva qui exposa par cette colonne l’étendue de son pouvoir, le symbole du lingam. Les deux dieux reconnurent de ce fait la suprématie de ce 3ème dieu.

Une autre légende sur le Linga de Shiva se trouve dans l’épisode de ce dieu apparaissant nu devant un groupe d'ascètes méditant dans la forêt. Fâchés, les hommes ascètes décidèrent d’émasculer le dieu. C’est alors que l'univers sombra dans l’obscurité profonde dès que lingam tombe à terre. Pour rétablir la lumière dans le monde, les ascètes yogi doivent adorer Shiva sous sa forme de lingam.

Déité Shiva

Shiva Nataraja (na?a, danse et raja, roi) appelé danseur cosmique est une autre forme typique originaire du sud de l'Inde, symbole de la succession des cycles cosmiques fondement de la création de l’Univers. Chez les hindous, la danse est une autre forme d’offrande pour plaire à son dieu et l’honorer. Forme typique originaire du sud de l'Inde, le Shiva dansant est vénéré sous cette forme par les artistes scéniques comme les danseurs, comédiens et musiciens. C’est une représentation de l'âme universelle et éternelle de l'énergie par le symbole du feu destructeur et créateur : la danse continue engendre la succession du cycle de la vie, des saisons (naissance et mort).

Sous la forme de Shiva Nataraja, un cercle de flammes prabhama??ala entoure le dieu qui possède 4 bras :

  • un tambour d'amaru dans la main supérieure droite (pulsion rythmique de l'univers)
  • la flamme de la destruction dans la main supérieure gauche
  • le geste de protection abhaya-mudra de la main inférieure droite
  • la main inférieure gauche pointe vers la jambe gauche levée en signe de l'espoir de libération (le pied droit écrase le démon de l'ignorance et des passions).

Au temple de Chidambaram sont figées dans la pierre les postures de la danse classique sacrée de l'Inde méridionale, Bharata Natyam qui rappellent celles de la divinité tutélaire du temple Shiva Nataraja.